Valuing Afforestation of damaged woods with Innovative Agroforestry
Menu

La forêt des Landes de Gascogne se situe dans le sud-ouest de la France, en région Nouvelle-Aquitaine. C’est une forêt artificielle plantée depuis la fin du XIXé siècle. Elle est constituée principalement de pin maritime, s’étendant sur près d’un million d’hectares en zone sableuse. Du fait des conditions climatiques asséchantes et chaudes ainsi que de la monoculture intensive d’arbres résineux, la forêt est très sensible aux incendies et est peu résiliente face aux aléas climatiques et sanitaires. Depuis les années 1950, la forêt des Landes subit régulièrement des tempêtes et des feux de grande envergure.

La dernière importante est survenue en janvier 2009. La tempête prénommée Klaus, a provoqué des dégâts sur pratiquement la moitié de la forêt et environ 210 000 hectares sont sinistrés à plus de 40%. Il est estimé que les vents violents, allant jusque 172 km/h, ont détruit 30 millions de m3 de bois, soit quatre fois la récolte annuelle au sein de la forêt.

Ces évènements ont façonné le paysage par la destruction, la replantation et la création de zones forestières non boisées appelées « pare feu ». Ces dernières quadrillent la forêt et limitent l’expansion d’incendies et autres dommages liés à la chute des arbres. Ces zones sont à valoriser par des systèmes agroforestiers innovants afin de permettre notamment (i) leur entretien et leur rentabilité, (ii) la réinsertion une diversité d’essences au sein de milliers d’hectares en monoculture, (iii) l’adaptation et la protection de la forêt face au changement climatique et (iv) l’aménagement de corridors écologiques pour la réintroduction d’habitats de biodiversité.

Vaia est le nom donné à la tempête qui a affectée le nord-est de l'Italie (presque essentiellement la zone montagneuse des Dolomites et des Préalpes vénitiennes) suite à une forte perturbation d'origine atlantique. Celle-ci s’est caractérisée par de très forts vents et des pluies persistantes du 26 au 30 octobre 2018.

Cet événement météorologique extrême a été reconnu par erreur comme une " tempête " (degré 10 sur l'échelle de Beaufort), alors que les vents ont atteint la vitesse d'un " ouragan " (degré 12). Les vents très forts, ayant atteint des vitesses allant jusqu'à 200 km/h pendant plusieurs heures, ont fait tomber des millions d'arbres, entraînant la destruction de dizaines de milliers d'hectares de forêts alpines de conifères. On estime que 42 millions d'arbres ont été abattus sur une superficie de 41 000 hectares.

VAIA a été cataloguée comme une véritable catastrophe naturelle par la cellule de crise de la région de Vénétie.